Actualités

Combat Vehicle 90 : Sous le capot

Voici la seconde partie de l'article sur le CV90 rédigée par notre auteur issu de la communauté, Huggin.

Bonjour à toute la communauté !

Avant de commencer, je voudrais remercier tout le monde pour les commentaires très positifs que j'ai reçus suite à mon article précédent sur le CV90. Beaucoup de personnes ont indiqué qu'elles aimeraient que je continue et il n'a pas fallu beaucoup de temps, après le premier article, pour que j'obtienne l'autorisation de commencer la seconde partie, que je vous présente aujourd'hui.

Merci beaucoup à tous pour vos commentaires positifs !

Aujourd'hui, nous allons examiner quelques-uns des CV90 les plus modernes ayant été construits, et observer la progression de leurs niveaux technologiques au fil des ans. Nous allons principalement nous intéresser aux véhicules qui sont actuellement en service, ainsi qu'à quelques prototypes.

Veuillez noter que ce texte est d'une teneur un peu plus technique que ma précédente présentation de la famille CV90.

scr1

CV9030 Mk.III photo de famille, photo par Nils Bjuggstam (Tu.no)

Il y a beaucoup de variantes du CV90 en service dans de nombreux pays, la plupart étant en Europe du Nord. La plupart de ces variantes sont des véhicules de combat d'infanterie, à quelques exceptions près.

Pour avoir une vue d'ensemble du développement du CV90 depuis le début de sa production en série, nous allons d'abord nous intéresser à sa toute première version, qui était le Strf 9040 suédois.

Progression est modernisation du véhicule de combat d'infanterie

Comparativement, lorsque le Strf 9040 fut approuvé pour le service par la Suède en 1991, il s'agissait d'un VCI relativement moderne. Il avait certaines qualités qui donnaient un réel avantage à ses utilisateurs scandinaves sur les terrains du Nord de l'Europe, mais il avait également un sérieux inconvénient avec son système de contrôle de tir, car c'était un système UTAAS de visée du tireur sans assistance informatique. La première version du véhicule n'avait ni ordinateur balistique ni stabilisateur. L'armée suédoise n'avait pas les fonds pour améliorer entièrement et directement le CV90 après qu'il fut approuvé pour le service. À la place, elle passa les 11 années suivantes à moderniser le Strf 9040 pour le faire passer de la version A à la version C.

La version C est équivalente au CV9030 Mk.I, si on compare les systèmes internes, à l'exception d'un programmateur de munitions destiné aux obus multi-usages 3P. La version C entra en service en 2002 et le Mk.I norvégien entra en service en 1994.

Aujourd'hui, les variantes suédoises Strf 9040 de la famille du CV90 sont considérées comme étant les versions les moins évoluées en service actif.

pic2

Strf 9040C, photo par Jorchr

Peu de temps après l'approbation du Strf 9040 par la Suède en 1991, la Norvège manifesta son intérêt et demanda à faire des essais avec un véhicule équipé d'un canon 30 mm Bushmaster II. Cela se passa 3 ans avant que la Norvège signe un contrat pour 104 véhicules. L'armée norvégienne était plus ou moins satisfaite des tests effectués sur le terrain, lors desquels le CV90 surclassa tous ses adversaires sur terrain lourd, mais elle n'était pas satisfaite du niveau technologique du CV90. L'armée norvégienne souhaitait un VCI mieux protégé, avec un système de contrôle de tir moderne informatisé.

Après une longue période de négociations, le CV90 norvégien reçut quelques modernisations importantes, ce qui le rendit plus évolué que le Strf 9040. Ces améliorations incluaient un meilleur niveau de protection, un système de contrôle de tir numérique UTAAS conçu par Saab, ainsi que la compatibilité avec un pack de blindage modulaire MEXAS. Le moteur fut également retravaillé, passant de 550 à 605 chevaux.

Et c'est ainsi que le CV90 commença à devenir modulaire, dès 1994.

scr3

Swiss CV9030, photo par Nils Bjuggstam (Tu.no)

Le CV9030 MK.II a été commandé par l'armée suisse en 1998. Il s'agissait d'une version légèrement modernisée, avec un meilleur niveau de protection. Le Mk.II disposait également d'un système informatique plus moderne, sous la forme d'un système de contrôle de véhicule qui pouvait être amélioré en un système de gestion de bataille et un système d'aide défensive. Il reçut également un nouveau moteur, un Scania DS16 de 680 chevaux. Avec toutes ces améliorations, le char gagna un peu de poids et passe à un total de 28,7 tonnes, les versions Mk.I précédentes pesant 26 tonnes.

Une commande fut passée pour 186 véhicules et tous furent livrés entre 2002 et 2005. La Finlande commanda également le même modèle de CV9030 Mk.II que la Suisse avec quelques légères modifications, pour le rendre légèrement plus léger que la variante suisse.

Le développement du CV90 conduisit à la version CV9035 Mk.III, qui fut achevée en 2004. Les Pays-Bas et le Danemark s'intéressèrent au programme et l'Estonie a récemment acheté 45 véhicules aux Pays-Bas en 2014.

Le poids du véhicule a augmenté de manière significative, passant de 28 à 35 tonnes. Le gain de poids a été causé par une augmentation considérable de ses capacités de protection, ainsi que par la mise en place de plus hautes normes informatiques et une augmentation du volume de l'espace intérieur. Le moteur fut également modifié pour développer 810 chevaux, pour que la mobilité ne souffre pas de cette augmentation massive de poids.

Nous pouvons aussi constater une incrémentation de la qualité de la technologie, tout spécialement dans la partie numérique du véhicule : c'est en effet cela qui manquait le plus depuis le début. Le véhicule de base est excellent, car il est facilement configurable pour correspondre aux exigences de n'importe quel pays. Avec une multitude de choix alternatifs d'armement, de protection, de modularité et de mobilité, le châssis du CV90 a un gros potentiel d'amélioration.

Le summum de la ligne CV90 est incarné par les CV90 norvégiens les plus récents. À cette étape du développement, le véhicule a été repensé pour devenir entièrement modulaire, pouvant même partager des tourelles et des systèmes internes à volonté.

Ce qui, à l'origine, était une seule variante norvégienne fut divisé en 5 variantes différentes. La progression du développement culmina avec la modularité totale de la plate-forme CV90, qui trouve ses racines dans le parc de véhicules norvégien.

Ces variantes disposent d'un nombre extrêmement élevé de solutions haute technologie et d'équipement. Les décrire tous prendrait beaucoup de temps, nous allons donc nous intéresser aux versions qui sont viables pour Armored Warfare. Nous avons 2 véhicules qui peuvent être des suggestions légitimes pour le rang 10 : la version Véhicule de combat d'infanterie et la version Reconnaissance.

Elles utilisent le dernier châssis du CV90, qui est la version Mk.III. Savoir si le blindage de la version 2015 est meilleur ou non à celui de la version 2004 est un sujet de débat, mais les militaires ont déclaré que le blindage est plus “intelligent” que celui des versions précédentes. Impossible de savoir s'il est meilleur, mais on peut assumer sans risque qu'il l'est.

scr4

CV9030 Mk.III, photo by Eirik Helland Urke

Par chance, quelques informations ont émergé sur ces véhicules. Tous les appareils optiques ont été modernisés et les véhicules utilisent un système évolué de gestion de bataille en réalité virtuelle appelé “AWARE”. Les essais du système de gestion de champ de bataille ont été effectués en utilisant une station de contrôle d'armement à distance appelée Protector, qui a été montée sur les véhicules.

Ce système fournit un flux d'informations en temps réel sur les positions ennemies et le type de véhicules via les outils optiques, améliorant fortement l'acquisition de la situation tactique sur le champ de bataille, plutôt que de simplement compter sur les données d'une carte. Ce système de gestion de bataille est inclus dans tous les véhicules allant au contact.

Une autre spécificité unique aux CV90 norvégiens est l'utilisation de chenilles en caoutchouc. Elles disposent de la même durée de vie que les chenilles en acier mais offrent en plus de nombreux avantages. L'un des principaux bénéfices est une diminution des vibrations, une meilleure accélération, de meilleures capacités hors route et un confort amélioré pour tout l'équipage, sans oublier que le poids du véhicule baisse d'une tonne grâce à cela.

Actuellement, seule la Norvège utilise des chenilles en caoutchouc.

Le véhicule de reconnaissance est très différent, en interne, si on le compare avec les versions de combat. Il a un équipage de 8 personnes pour faire fonctionner tous les capteurs, notamment un mât électro-optique qui peut se déployer jusqu'à une hauteur de 6 m. Il s'agit d'un système de capteurs modulaires Vingtaqs II qui peut être modifié selon les exigences de la mission. Habituellement, il est équipé d'un radar, d'une caméra thermique et d'une caméra diurne pouvant détecter des ennemis jusqu'à 30 km de distance, selon la situation. Il dispose également d'un système laser de désignation de cible. La tourelle de la version de reconnaissance est également d'une forme très différente, peut-être en raison d'un kit de blindage modulaire ou pour diminuer la signature radar. Mais cela reste des spéculations, car il n'y a pas d'informations disponibles concernant cette tourelle.

Il y a probablement beaucoup d'autres fonctionnalités intéressantes sur le CV9030, mais ce sont les seules informations officielles que j'ai pu trouver.

Prototypes et futures technologies

Vu le rythme rapide de développement technologique de la famille CV90, de futures modernisations vont certainement apparaître bientôt. Mais qu'est-ce qui est actuellement testé et quelles plates-formes sont utilisées par BAE Systems ?

Récemment, 3 véhicules ont été utilisés par BAE Systems en tant que plates-formes d'essais : CV90 Armadillo, CV90 FRES et CV90120-T. Chacun de ces 3 véhicules est équipé de nouvelles technologies qui sont classées secret défense mais qui peuvent nous donner une idée des futurs développements du châssis du CV90.

scr6

CV90 Armadillo

Le CV90 Armadillo est la plate-forme la moins conventionnelle des 3. BAE Systems s'est inspiré des technologies utilisées en Formule Un pour améliorer son véhicule. Cela a donné un nouveau système de suspension active, qui était à l'origine conçu pour des véhicules à châssis en carbone qui pesaient moins de 700 kg. BAE l'a adapté pour le faire fonctionner sur un véhicule qui pèse 35 tonnes et le résultat a été un accroissement substantiel de la mobilité sur le champ de bataille, ce qui permet au CV90 Armadillo d'atteindre une vitesse de pointe hors route de 100 km/h, soit une augmentation de 40 % par rapport aux 70 km/h habituels.

Le Armadillo est également un véhicule qui a servi à tester différents systèmes de protection, le plus connu étant le Saab LEDS, un système de protection passif ou actif multi-étapes, selon les désirs du client.

scr7

CV90 FRES, photo par Defense-update.com

Le CV90 FRES est lié au programme britannique FRES, qui demande un grand nombre de systèmes optiques et électroniques afin de respecter le cahier des charges de l'armée britannique. Le système optique plus remarquable du CV90 FRES s'appelle JANUS : il s'agit d'un capteur électro optique panoramique stabilisé en forme de ballon. Il est placé au sommet de la tourelle et peut tourner à 360° avec un angle d'élévation de 90°, ce qui lui permet également de suivre des cibles aériennes. Pour mieux correspondre aux exigences, le véhicule est également équipé d'un système de réseau militaire avancé et d'une nouvelle tourelle, doté d'un canon mitrailleur compact de 40 mm.

scr8

CV90 "Ghost", photo by BAE Systems

Le CV90 Ghost est certainement la plate-forme CV90 la plus originale, avec son design unique. C'est avant tout un prototype évolué dérivé du CV90120-T, qui est armé d'un nouveau canon lisse de 120 mm fabriqué par Rheinmetall, d'une nouvelle tourelle et d'un système furtif thermique ADAPTIV.

Le système ADAPTIV est ce qui distingue cette plate-forme par rapport aux autres véhicules, car cela lui donne la capacité de devenir complètement indétectable par les caméras thermiques modernes. Son système de tuiles hexagonales peut recouvrir la totalité du véhicule et dissiper la chaleur de tout le châssis. Les vidéos réalisées lors des essais ont montré comment ce véhicule peut imiter la signature thermique de carcasses de voitures ou de véhicules civils, sans se faire détecter. La tourelle a également été modifiée pour minimiser la signature radar et il est intéressant de mentionner que le véhicule peut également être équipé de matériaux absorbant les ondes radar.

Il est conçu pour être entièrement invisible sur un champ de bataille moderne et futur, et il mérite vraiment son surnom.

En résumé

Le développement du CV90 a pris une direction passionnante, depuis ses premières versions de base jusqu'à ses dernières évolutions en mobilité, protection et puissance de feu. Aujourd'hui encore, il a toujours plus de potentiel que de nombreuses autres plates-formes. Peu d'autres plates-formes peuvent se targuer du même succès et du même potentiel potentiel dans les catégories mentionnées ci-dessus. Avec tous ces prototypes à fort potentiel et ces technologies en cours de test, qui sait ce qu'apportera le futur à la plate-forme CV90. Avec un peu de chance, la ligne CV90 figurera un jour dans l'offre de véhicules d'Armored Warfare.

Vers le haut

Rejoignez l'action